Publié le Laisser un commentaire

Les différentes races de lapins qui existent

Parmi les nombreuses définitions de la notion de race, on peut retenir celle de Quittet: «La race est, au sein d’une espèce, une collection d’individus ayant en commun un certain nombre de caractères morphologiques et physiologiques qu’ils perpétuent lorsqu’ils se reproduisent entre eux

Une race résulte des effets conjugués de la sélection artificielle et de la sélection naturelle (adaptation au milieu). La sélection peut se baser sur de nombreux critères différents, parfois sans rapport avec la productivité zootechnique ; les animaux peuvent être sélectionnés dans des conditions artificielles d’élevage ou non ; le milieu peut être changeant au cours du temps, etc.

Groupes de races de lapins suivant la taille adulte et leur origine.

  • Il existe différents types de races :
  • Les races primitives ou primaires, ou encore géographiques, à partir desquelles se sont différenciées toutes les autres ;
  • Les races obtenues par sélection artificielle à partir des précédentes, par exemple Fauve de Bourgogne, Néo-Zélandais Rouge et Blanc, Argenté de Champagne ;
  • Les races synthétiques obtenues par croisement raisonné de plusieurs races, par exemple Blanc de Bouscat, Californien ;
  • Les races mendéliennes, obtenues par fixation d’un caractère nouveau, à détermination génétique simple, apparu par mutation, par exemple Castorrex, Satin, Japonais.

Il est commode de regrouper les races suivant leur taille adulte. De plus, celle-ci est en rapport avec des caractères de production : précocité,prolificité, vitesse de croissance pondérale, vitesse d’atteinte de la maturité. Pour une taille adulte donnée, l’origine de la race est intéressante à considérer.

Races lourde

Le poids adulte dépasse 5 kg. La fécondité est généralement faible. Le potentiel de croissance des races lourdes peut être exploité, notamment en croisement. Citons le Bélier Français, Géant Blanc du Bouscat, Géant des Flandres, Géant Papillon Français.

La couleur de la fourrure du lapin Bélier Français est très variée : blanc, agouti, gris fer, papillon, noir, etc. D’après sa conformation, c’est un lapin apte à produire de la viande. Cependant, il n’est élevé que par les éleveurs amateurs et se trouve donc en petits troupeaux de faible effectif en France.

Le Géant Blanc du Bouscat est une race synthétique albinos. C’est un lapin de grand format, bien connu pour sa prolificité et sa vitesse de croissance, dans les conditions d’élevage fermier.

Le Géant des Flandres, originaire de Belgique et des Flandres françaises, existe en plusieurs colorations de pelage. C’est un des plus gros lapins (poids adulte pouvant atteindre 7 kg) encore utilisé dans l’élevage fermier. Cette race peut constituer un réservoir de gènes intéressants pour l’amélioration de la croissance ; son élevage en race pure peut être utile dans ce but.

Races moyenne

Le poids adulte varie de 3,5 à 4,5 kg. Les races moyennes sont à la base des populations, souches ou races de lapins utilisées pour la production intensive de viande dans les conditions de l’Europe occidentale. Ce sont les plus nombreuses. On se limitera ici à quelques exemples.

L’Argenté de Champagne est un exemple, comme le Fauve de Bourgogne, d’une race sélectionnée depuis très longtemps à partir
d’une population régionale (de la Champagne). Ce lapin est connu pour les caractéristiques de sa fourrure autrefois appréciée et pour ses
aptitudes de production : prolificité élevée, forte croissance, fort développement musculaire, qualité de la viande. Il est élevé en France de façon fermière et en général sur litière.
Le Fauve de Bourgogne est également une race d’origine régionale (la Bourgogne), qui s’est largement répandue en France et dans d’autres
pays africains.
Le Néo-Zélandais Roux, exploité d’abord en Californie, y a été sélectionné de façon comparable au travail fait en France sur le Fauve de Bourgogne, à la différence qu’aux Etats-Unis on a introduit très tôt l’élevage sur grillage, de façon généralisée, alors que ce n’est pas le cas pour les lapins de race en France.
Le Californien est une race synthétique américaine présentée pour la première fois en 1928 en Californie par son obtenteur. Celui-ci a cherché à obtenir un lapin de chair avec une très bonne fourrure. Le poids adulte de cette race est de 3,6 à 4 kg.
Le Néo-Zélandais Blanc est une race originaire des Etats-Unis. Il descend de lapins colorés dont est l’albinos. Il a été sélectionné, dès le départ, dans de grands élevages producteurs de viande du sud de la Californie notamment (région de San Diego), sur des qualités zootechniques : prolificité, aptitudes maternelles des femelles,
vitesse de croissance et précocité de développement corporel pour un abattage à l’âge de 56 jours, visant à produire une carcasse légère. Le poids adulte est de l’ordre de 4 kg, un peu supérieur à celui du Californien. Le Néo-Zélandais Blanc a servi de base pour les premières études sur le lapin animal zootechnique faites par la Station de Fontana en Californie (Rollins et Casady, 1967). Cette race s’est largement répandue depuis 1960 en Europe occidentale et dans le monde, lorsque l’élevage sur grillage du lapin s’est développé.

Races légères

Ce sont des races dont le poids adulte se situe entre 2,5 et 3 kg : Hollandais, Havane Français, etc.
Les races légères ont en général un développement corporel très précoce et parfois d’excellentes aptitudes maternelles. Ayant des
besoins alimentaires quantitatifs plus faibles que les race moyennes et géantes, elles pourraient être utilisées en croisement ou même en race pure dans les pays du tiers monde, si l’on désire produire une carcasse légère (de 1 à 1,2 kg), mais bien charnue.

Petites races

Elles ont un poids adulte de l’ordre de 1 kg et sont représentées principalement par le lapin Polonais, dans ses diverses variétés de coloration du pelage. La sélection sur la petitesse de la taille a conduit donc ces races à une très faible prolificité et à une très forte diminution de la vitesse de croissance. Ces races ne sont pas utilisables pour la production de viande. Elles peuvent servir pour la sélection « sportive », pour des besoins expérimentaux en recherche ou pour produire des lapins d’appartement (très petites races)

Les animaux de race ne sont en général élevés qu’en troupeaux de très petits effectifs, et les programmes de sélection des races sur les caractères zootechniques n’en sont qu’à leur début. A ce titre, les races peuvent constituer une réserve génétique intéressante l’on pourra puiser pour améliorer une population locale.

Lorsque vous voulez élevez les lapins, ayez d’abord un objectif de production. Comme exemple, nous pouvons parler d’avoir un poids commercial de 2 kg en 3 mois, ou avoir une portée de 10 lapereaux à chaque mise bas…bref vous devez avoir un objectif de production avant de vous lancer dans la cuniculture.
Ce que nous constatons de nos jours est que beaucoup d’éleveurs se basent sur des rumeurs pour choisir la race de lapin pour leur élevage. Or chaque race a ses caractéristiques et c’est en fonction de vos objectifs de production que vous pouvez choisir votre race de lapin.

Enfin, j’espère que je vous ai apporté un plus à travers cet article.

Visitez notre boutique pour vous avoir connaissance de nos produits afin de vous permettre de rentabiliser dans vos productions. Cliquez seulement sur ce lien : www.apprendreagriculture.com/boutique/

Laisser un commentaire